3 techniques de désherbage écologique

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour faire face aux impacts environnementaux, la réduction des traitements phytosanitaires dans nos jardins et nos espaces verts s’impose comme une évidence. Pour réussir sa transition écologique, le jardinier responsable se doit passer en revue ses différentes pratiques afin d’identifier les domaines où il est possible de rapidement passer à des techniques alternatives tout en obtenant les résultats souhaités. 

Le désherbage figure en bonne place parmi les tâches qui peuvent être aisément effectuées dans le respect de l’environnement. Il existe de nombreuses possibilités de réaliser cette besogne sans avoir recours à des produits chimiques aux effets néfastes. Voici 3 techniques de désherbage écologique à considérer.

A lire également : Quand faire ses semis lorsqu’on possède un potager 

Le désherbage thermique

Cette technique repose sur l’utilisation de machines-outils qui dégradent les végétaux indésirables par la chaleur. Vous trouverez sur le marché deux types de désherbeurs thermiques qui reposent sur des solutions distinctes :

Désherbeurs à gaz

Pour bien choisir son modèle de désherbeur à gaz, il est nécessaire de bien analyse la nature des plantes à traiter. Une fois ce diagnostic réalisé, vous pourrez choisir un nouvel outil qui repose selon une des méthodes de traitement suivante :

A lire aussi : Quelques astuces pour choisir son mobilier de jardin Hespéride

  • la flamme directe(1400°C),
  • le rayonnement infrarouge (800 à 1000°C).

Désherbeurs à mousse

Plutôt réservée aux collectivités publiques, cette technique se montre particulièrement efficace dans le traitement des allées, des caniveaux et des bordures de trottoir. Elle repose sur l’application d’une mousse constituée d’eau, d’amidon et de noix de coco chauffée à 95°C sur les surfaces à traiter. Cette mousse se stabilise sur les végétaux à une température (environ 70°C) suffisante pour les dénaturer.

Le désherbage à vapeur

Le désherbage à vapeur est une technique efficace, mais très consommatrice en eau. Son principe consiste à asperger les mauvaises herbes avec de l’eau très chaude ou de la vapeur d’eau pour les cuire en provoquant la coagulation de leurs protéines. 

Les techniques mécaniques

Au fil du temps, différentes techniques mécaniques ont été développées pour le traitement des mauvaises herbes. Pour couper et arracher les plantes indésirables, vous pouvez utiliser les outils une balayeuse, un sabot rotatif ou une brosse rotative.

Le désherbage manuel

Le désherbage manuel est la technique la plus ancienne et la plus simple pour éliminer les mauvaises herbes. Bien qu’elle soit très efficace dans les petits jardins, elle peut être fastidieuse sur de grandes surfaces.

Cette méthode consiste à enlever les mauvaises herbes à l’aide d’une binette, d’un couteau ou simplement avec vos mains. Elle permet un traitement sélectif des plantations sans endommager les cultures avoisinantes. C’est une méthode écologique qui ne nécessite pas l’utilisation de produits chimiques.

Pour que le désherbage manuel soit efficace, pensez à bien procéder régulièrement au désherbage car certaines plantes peuvent avoir un cycle végétatif court et se reproduire rapidement.

Certains jardiniers expérimentés utilisent même le désherbage manuel comme moment privilégié pour observer leur jardin et identifier des problèmes potentiels tels que des maladies ou des parasites.

Bien que cette technique puisse sembler laborieuse, elle offre de nombreux avantages écologiques et économiques : pas besoin d’acheter du matériel coûteux ni de dépenser de l’argent en produits chimiques nocifs pour l’environnement. Cela contribue grandement à améliorer votre condition physique grâce à une activité physique modérée mais régulière !

L’utilisation de paillis et de couvre-sols pour prévenir la croissance des mauvaises herbes

L’utilisation de paillis et de couvre-sols pour prévenir la croissance des mauvaises herbes

Le paillis est un matériau organique ou minéral qui recouvre le sol autour des plantations, empêchant ainsi les mauvaises herbes de germer. Le couvre-sol, quant à lui, est une plante rampante ou tapissante qui recouvre le sol et étouffe les autres végétaux.

Cette technique permet non seulement d’éviter l’apparition de nouvelles mauvaises herbes mais aussi d’améliorer la qualité du sol en augmentant sa fertilité grâce à une meilleure rétention d’eau. Effectivement, le paillis retient l’humidité dans le sol, limitant ainsi l’érosion et contribuant à maintenir un environnement humide propice au développement des racines.

Pour utiliser cette méthode correctement, il faut respecter certaines règles :

  • choisissez bien votre paillis : selon les régions et les types de cultures concernées, il peut être constitué, par exemple, de copeaux de bois recyclés (type broyat), de foin séché ou encore de feuilles mortes hachées.
  • Pensez toujours à arroser abondamment avant la pose afin qu’il soit efficace.
  • Vérifiez régulièrement que le paillis reste suffisamment épais pour éviter toute repousse malvenue.

Soyez vigilant avec vos paillis : si vous avez recours à des matières organiques comme de la paille ou des feuilles, vérifiez bien que celles-ci ne contiennent pas de graines indésirables, sous peine d’importer involontairement un nouveau lot de mauvaises herbes !

Le couvre-sol, quant à lui, est une technique plus simple qui permet d’étouffer les plantations concurrentielles en prenant le contrôle du sol. Parmi les couvre-sols les plus efficaces et écologiques, citons, par exemple, l’ivoire végétal (tradescantia fluminensis), le thym rampant (thymus serpyllum) ou encore la corète potagère (symphytum officinale). Ces plantes non seulement empêchent la propagation rapide des mauvaises herbes mais offrent aussi une alternative intéressante aux pelouses énergivores.

L’utilisation combinée de ces deux techniques permet ainsi de limiter grandement l’apparition et la propagation des mauvaises herbes tout en offrant une solution écologique pour préserver notre environnement !

Partager.