Production de balles de foin : les machines nécessaires

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour nourrir votre bétail, vous devez commander chaque année plusieurs tonnes de balles de foin et ça représente quand même un certain budget. Si vous avez un terrain et si dans votre région, la valeur marchande du foin est élevée, produire son propre foin pourrait être intéressant. Avant de vous lancer dans la production de vos propres balles de foin, on vous présente le matériel nécessaire pour cette opération.

Un tracteur

Cet engin va avoir plusieurs fonctions dans la production de vos balles de foin. D’ailleurs, le tracteur est presque nécessaire pour toutes les opérations allant de la fauche au pressage. Vous pouvez déjà avoir un tracteur qui jusque-là servait au travail à la ferme, mais sachez qu’il ne conviendra pas forcément à la production de balles de foin, notamment s’il n’est pas assez puissant. On vous conseille d’utiliser un tracteur à une puissance minimale de 90 cv.

A découvrir également : Comment choisir le bon équipement pour votre jardin

La faucheuse

Dans la production de foin, la fauche est l’opération qui consiste à la coupe de l’herbe. D’ailleurs, il faut couper l’herbe à une hauteur suffisamment basse sans pour autant prélever la terre. Pour cette opération, on fait intervenir une faucheuse. Sur le marché, on a différents types de faucheuse.

Pour la fauche de foins, on privilégiera la faucheuse à sections à simple ou à double lame. Pour une petite production, une faucheuse rotative peut également faire l’affaire. D’ailleurs, peu importe le type de faucheuse que vous choisissez, il est possible de régler la hauteur de la coupe.

A lire aussi : Adoucisseur d'eau : comment bien le choisir ?

La faneuse

Une fois coupée, l’herbe passe par l’étape de séchage. Pour ceci, vous pouvez l’étaler au sol et faire le soleil faire le travail. Cependant, pour accélérer le séchage et pour profiter d’un séchage homogène, vous devez intervenir avec une faneuse. La faneuse est cette machine qui sert à soulever, à retourner et à éparpiller le foin.

Le travail de fanage n’est pas si compliqué, mais ça peut être fatiguant si vous le faites manuellement d’autant plus qu’il faut retourner l’herbe plus d’une fois pour un séchage optimal. Il est donc dans votre intérêt d’investir dans une faneuse.

L’andaineuse

Les non connaisseurs peuvent confondre le fanage à l’andainage. Cette étape permet de terminer le séchage et surtout de rassembler le foin avant le pressage. Pour cette opération, on utilise une andaineuse qu’il faut aussi attelée au tracteur. L’herbe sera donc rangée en tas allongé surélevé.

La presse à foin

La dernière étape de cette production est le pressage du foin. C’est ce qui permet d’avoir des balles de foin qui n’occupent pas de place. On y procède quand le foin est à plus de 80% de matière sèche. En dessous de ce pourcentage, le foin peut perdre sa valeur alimentaire.

Pour cette opération, on utilise une presse à foin. Certains élévateurs peuvent presser leur foin à l’ancienne, mais ça prend plus de temps, d’où l’intérêt d’investir dans une presse a balle carrée. Vous aurez des bottes de forme carré qui pourront facilement être entreposées. Pour protéger vos balles de foin, vous pouvez clore l’étape de production par l’enrubannage.

Partager.